Sélection de la langue

Recherche

Le guide des aînés pour assurer leur cybersécurité durant la COVID-19

OnePager_Seniors_FR
  • Transcription

    Le guide des aînés pour assurer leur cybersécurité durant la COVID-19

    Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les Canadiens passent plus de temps que jamais en ligne. Voilà pourquoi la cybersécurité n’a jamais été aussi importante.

    Le nombre de cybercriminels qui tentent de se faire passer pour des représentants d’organismes de santé ou du gouvernement du Canada augmente et, souvent, ils ciblent les aînés.

    La pandémie de COVID-19 nous a montré que le monde peut changer très rapidement, mais la nécessité d’assurer notre cybersécurité, elle, ne change pas. Si vous savez comment reconnaître une tentative de fraude, vous serez prêt à affronter les menaces qui vous guettent.


    Quelques étapes simples pour vous protéger

    Créez des mots de passe robustes

    Utilisez une phrase de passe composée d’au moins 4 mots et 15 caractères.

    Ou utilisez un mot de passe complexe :

    • Au moins 12 caractères
    • Combinaison de majuscules, minuscules, chiffres et symboles
    • Aucun renseignement personnel

    Utilisez un mot de passe unique pour chaque compte

    Ne partagez jamais vos mots de passe avec d’autres personnes

    Vous avez trop de mots de passe à retenir? Stockez les dans un gestionnaire de mots de passe, c’est-à-dire un logiciel qui crée, stocke et chiffre vos mots de passe en toute sécurité de façon que vous seul puissiez y accéder.

    Activez l’authentification multifactorielle

    L’authentification multifactorielle ajoute une couche de sécurité qui permet de mieux protéger vos comptes et vos appareils en utilisant au moins deux facteurs pour vérifier que vous êtes bien la personne que vous prétendez être. C’est ce qu’on appelle les facteurs d’authentification.

    Il existe différents types de facteurs d’authentification, dont :

    • Qui vous êtes, comme vos empreintes digitales ou la reconnaissance faciale
    • Ce que vous connaissez, comme une question de sécurité ou un mot de passe
    • Ce que vous possédez, comme une application ou une notification sur votre téléphone

    Ne mordez pas à l’hameçon

    Les tentatives d’hameçonnage sont des messages électroniques ou des appels téléphoniques conçus pour vous amener à croire qu’ils proviennent de personnes ou d’organisations que vous connaissez. Dans certains cas, les cybercriminels connaissent de l’information à votre sujet, ce qui pourrait vous faire penser qu’il s’agit d’un message ou d’un appel légitime.

    Si vous recevez un courriel, un appel téléphonique ou un message texte suspect, même s’il semble provenir d’une entreprise connue ou d’un ami, voici ce que vous devez faire :
    Respirez. Les messages d’hameçonnage sont conçus pour exercer une pression ou même menacer la victime afin de l’amener à répondre rapidement. Si l’on exige que vous répondiez « immédiatement », il s’agit probablement d’une tentative d’escroquerie.

    Ne cliquez pas sur les liens ou les pièces jointes dont vous n’êtes pas certains. Tentez de joindre l’expéditeur d’une autre manière, par exemple par téléphone, pour confirmer qu’il a bien envoyé le message.

    Pensez aux sites que vous avez visités sur Internet. À moins que vous en ayez fait la demande, tous les messages vous demandant de réinitialiser votre mot de passe ou de mettre à jour les renseignements sur votre compte sont probablement faux.

    Supprimez tout message qui semble trop beau pour être vrai, comme les messages qui vous annoncent que vous avez gagné un concours auquel vous n’avez pas participé.


    Pour d’autres conseils sur la façon de vous protéger et de protéger vos appareils, consultez
    PENSEZCYBERSECURITE.CA

     
    Suivez-nous sur les réseaux sociaux
    @PensezCybersécurité
    ou sur Twitter @cyber_securite

     

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :